EV : la montée des monstres électroniques. Avons-nous vraiment besoin de véhicules électriques à 9 000 £ ? – Opinion

Dans les années 1970, après que les sociétés d’exportation de pétrole eurent fermé l’approvisionnement mondial en pétrole, les gens ont inventé le terme « énergivore » pour décrire les véhicules qui utilisaient beaucoup trop d’essence. Aujourd’hui, il existe un phénomène similaire – de gigantesques véhicules électriques qui consomment beaucoup plus de matières premières et d’électrons que ce qui est logique dans un monde qui a désespérément besoin de faire la transition vers les véhicules électriques mais qui manque de suffisamment de nickel, de cobalt et d’autres ressources naturelles clés pour répondre à la demande.

Pensez-y comme ça. Et si, au milieu de la crise du gaz de 1973, GM lançait une camionnette à 6 passagers et 4 portes avec un lit de 8 pieds et une traction intégrale à temps plein qui obtenait 8 milles au gallon? Ce serait assez idiot, non ? Alors pourquoi n’est-ce pas idiot quand GM construit un véhicule électrique à 5 passagers qui pèse 9 063 livres (la batterie à elle seule pèse autant qu’une Honda Civic), mesure 18 pieds de long, 7,25 pieds de large et 6,6 pieds de haut, mais ne peut que transporter 7 500 livres?

Le monde (du moins aux yeux des Américains) est fou du Hummer EV, un camion électrique de 1 000 ch et plus de couple que le QE II. quartz souligne que sa cote EPA de 47 MPGe est pathétiquement basse – environ un tiers de celle d’un Tesla Model Y.

Véhicules électriques et efficacité

Le cas des véhicules électriques est vraiment très simple. Un moteur électrique a un rendement de 95 % (ou plus), ce qui signifie que la majorité de l’électricité qui lui est fournie est utilisée pour propulser un véhicule électrique. En revanche, la plupart des moteurs à essence ont un rendement compris entre 25 et 30 %, ce qui signifie que plus des deux tiers de l’énergie d’un gallon d’essence sont gaspillés. Étant donné que le monde est confronté à un réchauffement important dû en grande partie à la pollution due à la combustion de combustibles fossiles, est-il logique de gaspiller la majeure partie de cette énergie ?

Pour la même raison, un Hummer EV est un consommateur vorace d’électrons et de ressources naturelles rares. Y a-t-il une justification logique pour construire une bête aussi avide de pouvoir ? quartz pense que la réponse est oui. Donc, il arrive à cette conclusion.

Le Hummer H1 d’origine émettait 889 grammes par mile de dioxyde de carbone. Le Hummer EV n’émet que 341 grammes par mile. Le Ford F-150 à essence standard émet 444 grammes par mile, de sorte que le Hummer – bête peut-être – est toujours meilleur pour l’environnement qu’un F-150. Vous pouvez affirmer que le modèle Y est un meilleur choix à 126 grammes par mile, mais il ne peut pas remorquer 7500 livres ou transporter 1200 livres de roches.

quartz le résume assez bien quand ils disent que sur la base de la moyenne mondiale des émissions par kWh d’électricité, un véhicule électrique Hummer de 4,5 tonnes est pire pour l’environnement que de nombreuses voitures plus petites et plus efficaces qui brûlent de l’essence . La moyenne mondiale pour produire un kilowattheure d’électricité est de 475 grammes de dioxyde de carbone, mais le nombre varie considérablement d’une région à l’autre. Par exemple, la moyenne dans l’UE est inférieure (231 grammes) à celle des États-Unis (environ 386 grammes). Ainsi, les mêmes véhicules électriques émettront 40 % de CO2 en moins dans l’UE qu’aux États-Unis.

emporte ça

Tesla Model Y (à gauche) et un prototype Hummer EV prêt pour la production (à droite) garés côte à côte devant Starbucks (Crédit : u/VicBurgundy / redditpublié avec autorisation écrite)

L’essentiel est que l’humanité doit apprendre à réduire considérablement les émissions de carbone. Les véhicules électriques qui se vantent d’être meilleurs pour l’environnement que les véhicules à essence équivalents ne devraient pas obtenir de laissez-passer car ils sont 20 % meilleurs alors qu’ils pourraient être 300 % meilleurs. Un peu de bien ne suffit pas, et GM devrait avoir honte d’imposer cette excroissance de 4,5 tonnes aux Américains alors que le besoin de voitures électriques abordables est si grand.

Le Hummer EV montre que General Motors est aussi sourd aujourd’hui qu’il l’était en 2003, lorsqu’il a présenté le prototype Cadillac V-16 à une époque où les prix de l’essence étaient tout aussi élevés. Les Américains n’exigent pas des véhicules aussi gigantesques. Les fabricants les confient aux acheteurs parce qu’ils font d’énormes profits avec ces bêtes et dépensent des milliards de dollars par an pour nous convaincre que nous avons besoin d’un de ces mastodontes pour se rendre au travail à l’heure ou d’une boîte sur le chemin du retour pour ramasser des clous. Le Hummer EV est, très franchement, un affront au bon sens et la preuve que le directeur général n’a aucune idée de ce qui se passe dans le monde en dehors des limites isolées de sa suite C. [Your opinion may vary. See dealer for details.]

Ford, GM et Chrysler/Stellantis ont tous cessé de fabriquer des voitures économes en carburant. Tout ce qu’ils fabriquent aujourd’hui, ce sont des muscle cars, des SUV ou des camionnettes. Ce n’est pas un hasard. Les constructeurs ont obtenu de l’administration Obama qu’elle crée la règle de l’empreinte, qui permet aux gros véhicules de polluer plus que les petits véhicules. Ces gros VUS et camions ont également des marges bénéficiaires plus élevées. Pensez-vous que cela pourrait être la raison pour laquelle l’industrie a dépensé 12,5 MILLIARDS de dollars pour sa promotion en 2020 ?

Des micros électriques, légèrement moins encombrants que le Hummer EV, arrivent bientôt chez les 3 constructeurs automobiles américains. Ces véhicules électriques sont plus écologiques que leurs cousins ​​​​à essence, mais ils resteront des monstres électroniques. Les Américains semblent penser qu’ils ont le droit divin de conduire d’énormes véhicules. Peut-être est-il enfoui quelque part dans la Constitution ou dans l’expression “certains droits inaliénables” qui fait partie de la Déclaration d’indépendance. Ou pourrait-il être dans le deuxième amendement, juste à côté du droit d’armer les ours ?

Il est vraiment temps que nous nous remettions en question. À première vue, nous réduisons la crise climatique et accélérons la dégradation de l’environnement. Le dernier rapport du GIEC 6 indique clairement que nous devons agir maintenant pour lutter contre une planète en surchauffe. Nous avons environ 7 ans pour changer les choses, mais nous faisons toujours la fête comme si nous étions en 1999 et achetons les plus gros véhicules que Detroit propose dans une manie malavisée pour dépeindre notre personnalité nationale macho/cowboy, les conséquences soient maudites.

Imaginez, si vous voulez, un nouveau paradigme où de précieuses ressources sont consacrées à la fabrication de véhicules électriques avec des batteries de 60 kWh que les gens ordinaires peuvent réellement se permettre, plutôt que des monstres avec des batteries de 212,7 kWh comme le Hummer EV. Pouvons-nous vraiment nous permettre de continuer à gaspiller autant ? La réponse, mes amis, est dans le vent, et nous ne serons probablement pas heureux lorsque nous découvrirons ce que Mère Nature a à dire sur nos manières de gaspiller.

 

 


Publicité


Appréciez-vous l’originalité de CleanTechnica ? Envisagez de devenir un membre, un supporteur, un technicien ou un ambassadeur de CleanTechnica ou un mécène sur Patreon.

 

Avez-vous un conseil pour CleanTechnica, souhaitez-vous faire de la publicité ou suggérer un invité pour notre podcast CleanTech Talk ? Contactez-nous ici.

oigari